Veuillez mettre votre navigateur à niveau

Nous attachons le plus grand sérieux au sujet de votre sécurité. Afin de vous protéger, ainsi que nos systèmes, nous apportons des modifications à tous les sites Web HSBC. De ce fait, certaines des versions les plus anciennes des navigateurs Web ne seront plus prises en charge pour la consultation de ces sites. De manière générale, les versions les plus récentes des navigateurs (comme Internet Explorer, Google Chrome, Safari, etc.) et des systèmes d'exploitation (comme Microsoft Windows, MacOS) disposent des fonctionnalités de sécurité les plus avancées.

Si vous lisez ce message, c’est que nous avons détecté que vous utilisez un navigateur dont la version n'est plus prise en charge en raison de son ancienneté. 

Découvrez comment mettre à jour votre navigateur

Cinq idées en cinq minutes

Cinq idées en cinq minutes : Choc de la Fed, Actions émergentes, Canada, rallye indien, Commerce Royaume-Uni/Asie
25 juin 2021

    Choc de la Fed

    La semaine dernière, notre publication était malheureusement déjà sous presse lorsque la Fed a fait tourner les marchés en rapprochant ses anticipations de relèvement des taux et de réduction progressive des achats d'actifs. Dire que les investisseurs ont été surpris serait un doux euphémisme. La flambée des rendements réels américains à 5 ans était un évènement à trois écarts-types. Vendredi, le dollar perdait 2 % face à l'euro et tout ce qui avait à voir avec le « reflation trade » s'écroulait. Depuis, les choses se sont apaisées et la Fed a calmé les marchés avec quelques roucoulements accommodants. Alors, tempête dans un verre d’eau, ou véritable point d'inflexion ? Une chose est sûre : la Fed surveille désormais l’inflation comme le lait sur le feu. Ce sera donc également le cas des investisseurs, ce qui ne manquera pas d’attiser la volatilité autour des jours de publication des statistiques d'inflation. Il conviendra en particulier de veiller aux anticipations d'inflation. Par exemple, on voit dans le graphique ci-dessous à quel point les simples prix de l’essence sont importants pour la vision que se font les ménages américains de l’inflation future. Une corrélation de l’ordre de 70 % est presque deux fois plus puissante que la relation entre les prix à la consommation actuels et les prévisions d'inflation.

    Thèmes: toutes les classes d'actifs

    Choc de la Fed  

    Actions émergentes et taux américains

    Autre réaction instinctive au coup de semonce de la Fed la semaine dernière : la chute des prix des actions émergentes, de Mexico à Pékin. En effet, l’une des premières leçons qu’apprennent les investisseurs est qu’un durcissement de la politique monétaire américaine nuit aux marchés émergents. Toutefois, comme la plupart des prétendues vérités en finance, et comme nous le rappelons constamment à nos lecteurs, même cette règle d’or n’est en réalité pas si brillante. Ainsi, il n’est pas du tout malavisé de détenir des actions émergentes même à l’approche de relèvements des taux (et 2023, ce n’est pas demain). Pour comprendre pourquoi, jetez un œil au graphique ci-dessous, qui représente le taux cible des Fed Funds par rapport aux performances des actions émergentes et des actions mondiales. Certes, pendant presque les 40 années qui viennent de s’écouler, une corrélation négative (de -40 %) a été observée, mais en réalité, les actions émergentes ont surperformé l’indice MSCI ACWI pendant quatre des cinq derniers cycles de relèvements des taux, et chaque fois de 20 % en moyenne. Ne vous laissez pas effrayer par Jerome et ses « dot plots ».

    Thèmes:   Actions des marchés émergents, actions mondiales

    Actions émergentes et taux américains 

    Oh Canada !

    Le Canada n’est pas réputé pour la douceur de son climat, mais son marché actions (qui se négocie avec une décote de 14 % par rapport aux actions mondiales, sur la base des prévisions de bénéfices) pourrait vivre des lendemains plus ensoleillés. Les valeurs financières, par exemple, qui représentent presque un tiers de l’indice S&P/TSX, devraient bénéficier de la hausse des taux. Quant au secteur des matériaux, dont le poids dans l’indice s’élève à 12 %, il pourrait influer encore davantage sur les perspectives du marché à long terme. Le Canada possède en effet la deuxième plus grande superficie territoriale au monde, avec une abondance de métaux comme le cuivre, le cobalt et le lithium, nécessaires à la fabrication des véhicules électriques et de leurs batteries. C’est pourquoi l’an passé, General Motors, Ford et Fiat Chrysler ont tous annoncé des investissements de plus de 1 milliard de CAD au Canada dans le domaine des véhicules électriques. Sachant que la demande en batteries de voitures électriques devrait être multipliée par plus de 10 d'ici 2030, le secteur canadien des matériaux, dominé par l’extraction minière, affiche des perspectives florissantes. Et la hausse des prix des matières premières devrait venir accroître une rentabilité déjà solide, comme le montre le graphique ci-dessous.

    Thèmes:  Actions canadiennes, chaîne d'approvisionnement des véhicules électriques

    Oh Canada ! 

    Rallye des actions indiennes

    Quand la deuxième vague de Covid a frappé l’Inde il y a deux mois et que le nombre de nouveaux cas confirmés a atteint 300 000 par jour, nous avions informé les lecteurs que le marché actions demeurerait probablement insensible, sur la base de l’expérience de la première flambée des contaminations. De fait, cette prévision s’est révélée trop prudente, puisque les actions indiennes sont actuellement chauffées à blanc. La fois précédente, l’indice S&P Sensex n’avait repris sa trajectoire haussière qu'après la fin de la première vague, mais cette fois, son ascension a redémarré avant même le pic des chiffres (voir graphique), portant sa performance totale à pas moins de 7 % en mai. Ce phénomène illustre à quel point les marchés se projettent dans l’avenir. Les investisseurs institutionnels étrangers l’ont temporairement oublié, et ont retiré 1,7 milliard de dollars du marché actions indien en avril et en mai, sous l’effet des craintes entourant la pandémie. Ils ont toutefois rapidement compris leur erreur et se sont empressés de réinjecter 2,2 milliards de dollars sur le marché domestique depuis début juin.

    Thèmes:  Actions indiennes

    Rallye des actions indiennes 

    Commerce entre le Royaume-Uni et l’Asie

    Cette semaine a marqué le cinquième anniversaire du vote du Brexit, et même si les flux d'actualité dans ce domaine ont diminué de 95 % depuis ce jour, les dispositions pour la vie « après l’Europe » ont tout juste commencé ; par exemple, un nouvel accord commercial avec l’Australie n’a été signé que la semaine dernière. À en croire le Département britannique du Commerce international, cet accord ne pourrait permettre d’ajouter que 0,02 % à l'économie du Royaume-Uni, et à peine plus pour l’Australie. Il s’agit cependant d'une étape importante, car elle devrait appuyer la demande du Royaume-Uni dans sa volonté de rejoindre l’Australie et les pays d’Asie Pacifique au sein de l’Accord global et progressif de partenariat transpacifique. Les bienfaits des accords commerciaux sont largement reconnus. Ainsi, dans une étude de 1999, des universitaires ont analysé l’influence du commerce entre pays sur la richesse personnelle dans plus de 150 économies, et ont constaté qu’un accroissement d'un point de pourcentage dans le ratio commerce/PIB entraînait une hausse du revenu par habitant d’au moins 0,5 %. En 2002, une étude du Dartmouth College et de l’Université de Cambridge a montré que cette relation était également valable à l’observation du commerce pendant tout le 20ème siècle.

    Thèmes:  Actifs britanniques et asiatiques

    Commerce entre le Royaume-Uni et l’Asie 

    Pour investisseurs professionnels uniquement

    Cette publication ne constitue pas un conseil en investissement ou une recommandation d’acheter ou de vendre un instrument financier quelconque et ne devrait pas être considérée comme une recherche d'investissement. Le contenu n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche d'investissement et n'est soumise à aucune interdiction préalable à sa diffusion.

    Le capital n'est pas garanti. Il est rappelé aux investisseurs que la valeur d'un investissement peut fluctuer à la hausse comme à la baisse et qu’ils peuvent ne pas récupérer le montant initialement investi. Il est rappelé que les investissements réalisés dans les marchés émergents présentent par leur nature un plus grand risque et sont plus volatils que ceux effectués dans les pays développés. Les performances présentées ont trait aux années passées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est rappelé aux investisseurs qu'ils devraient toujours rechercher les conseils de professionnels avant d'entreprendre toute forme d'investissement.

    Toute reproduction ou utilisation non autorisée des commentaires et analyses de cette publication engagera la responsabilité de l'utilisateur et sera susceptible d'entraîner des poursuites.

    Les commentaires et analyses reflètent l'opinion de HSBC Global Asset Management sur les marchés et leur évolution, en fonction des informations connues à ce jour. Ils sont susceptibles d’être modifiées à tout moment et sans préavis. Ils ne sauraient constituer un engagement de HSBC Global Asset Management. En conséquence, HSBC Global Asset Management ne saurait être tenu responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement prise sur la base de ces commentaires et/ou analyses. Toutes les données sont issues de HSBC Global Asset Management sauf avis contraire. Les informations fournies par des tiers proviennent de sources que nous pensons fiables mais nous ne pouvons en garantir l'exactitude.