Veuillez mettre votre navigateur à niveau

Nous attachons le plus grand sérieux au sujet de votre sécurité. Afin de vous protéger, ainsi que nos systèmes, nous apportons des modifications à tous les sites Web HSBC. De ce fait, certaines des versions les plus anciennes des navigateurs Web ne seront plus prises en charge pour la consultation de ces sites. De manière générale, les versions les plus récentes des navigateurs (comme Internet Explorer, Google Chrome, Safari, etc.) et des systèmes d'exploitation (comme Microsoft Windows, MacOS) disposent des fonctionnalités de sécurité les plus avancées.

Si vous lisez ce message, c’est que nous avons détecté que vous utilisez un navigateur dont la version n'est plus prise en charge en raison de son ancienneté. 

Découvrez comment mettre à jour votre navigateur

Cinq idées en cinq minutes

Cinq idées en cinq minutes : 1er semestre, ASEAN, crédit euro, actions mondes, Inde
02 juillet 2021

    1er trimestre 2021

    Ce n'est certainement pas un événement digne du survol de la place de Tian'anmen par 71 avions militaires. Néanmoins, pour les investisseurs fatigués, atteindre le milieu de l'année s’apparente toujours à un exploit. Comment avez-vous vécu les six premiers mois de 2021 ? Comme le montre notre graphique, la plupart des classes d'actifs ont enregistré une hausse plus qu’honorable, à l'exception de certains segments des marchés obligataires, qui avaient suscité - soyons honnêtes - l’inquiétude de nos stratégistes. Cela étant dit, le segment du haut rendement n'a cessé de progresser et le ratio relèvement/dégradation des notations dans des régions comme l'Europe est à son plus haut depuis plusieurs décennies (cf. les notations de crédit ci-dessous). Dans le même temps, les performances des marchés actions des différentes régions ont toutes été solides, à l'exception de l'ASEAN (cf. note suivante), et les titres value se sont distingués malgré l’envolée des valeurs de croissance ces sept dernières semaines. Étonnamment, grâce à un rebond des bénéfices, les actions mondiales sont aujourd’hui moins chères qu'elles ne l'étaient le 31 décembre, sur la base des bénéfices prévisionnels. Le secteur du capital-investissement a lui aussi fait des étincelles, battant un record vieux de 40 ans avec plus de 500 milliards de dollars d'opérations conclues à l’échelle mondiale, tout en affichant des performances exceptionnelles. Et, avant de vous mettre à rire, sachez que même le bitcoin est toujours en territoire positif depuis le début de l'année.

    Thèmes: actifs mondiaux

    1er trimestre 2021 

    Actions de la région ASEAN

    L'inflation a réussi à prendre le dessus sur la Covid-19 et le phénomène Gamestop, et fait désormais la une de la presse financière. Nos stratégistes plaidaient en faveur d'un rattrapage des actions de la région l'ASEAN bien avant que l'inflation ne prenne toute la lumière. Mais la hausse des prix n'est qu'une partie de l'équation. Si la perspective d’une hausse des taux d'actualisation et du coût du capital n'est généralement pas favorable aux actions, les écarts sectoriels entre marchés asiatiques sont frappants. Si l'on considère les dix dernières années, par exemple, les matériaux, l'énergie, les services financiers et l'industrie affichent des corrélations positives entre leur performance boursière relative et les prévisions d'inflation aux États-Unis. Ces secteurs peuvent plus facilement répercuter la hausse des coûts des intrants sur les clients et, comme le montre le graphique ci-dessous, ils dominent les marchés de l'Asie du Sud-Est, représentant plus de la moitié de l'indice MSCI ASEAN, un contraste frappant avec leurs voisins d'Asie du Nord. Après avoir sous-performé les actions mondiales de 40 % depuis le début de l'année dernière, les actions mal aimées de l'ASEAN méritent désormais une meilleure couverture médiatique.

    Thèmes:   Actions asiatiques, inflation

    Actions de la région ASEAN 

    Crédit de la zone euro

    Comme nous l'avons appris lors de sa réunion de juin, la Banque centrale européenne hésite à enclencher un tapering. Quoi qu'il en soit, les bilans des entreprises de la zone euro semblent suffisamment solides pour résister à un ralentissement des achats d'actifs, comme nous l'avons expliqué dans notre dernière publication Europe Insights. Tout d'abord, les entreprises européennes dépendent moins des prêts bancaires à court terme, l'échéance moyenne de la dette en euros étant désormais supérieure à six ans, ce qui les rend moins vulnérables à un durcissement de la politique monétaire. Malgré cela, non seulement il est peu probable que les taux d'intérêt atteignent dans un avenir proche les niveaux d'avant 2012, mais les ratios actuels dette nette/Ebitda sont à des niveaux très raisonnables proches de leurs moyennes sur 15 ans. Bien entendu, la principale question est toujours celle de la capacité des entreprises emprunteuses à rembourser leurs dettes à partir de leurs bénéfices d'exploitation. Lorsque ces derniers ont chuté l'année dernière, le ratio s’est envolé à plus de deux (cf. graphique ci-dessous). Toutefois, les bénéfices nets devraient avoir presque triplé d'ici la fin de l'année par rapport à décembre dernier et pourraient encore surprendre à la hausse avec la réouverture des économies.

    Thèmes:  Actions européennes, crédit européen

    Crédit de la zone euro 

    Hausse des taux et actions mondiales, 2è volet

    Notre messagerie était pleine à craquer après la chronique de la semaine dernière, qui montrait que les actions des marchés émergents avaient surperformé les actions internationales pendant quatre des cinq derniers cycles de hausse des taux américains. Pouvez-vous étendre cette analyse au reste du monde, nous ont demandé nos lecteurs ? Bien sûr que l'on peut. Le graphique ci-dessous reprend donc les cinq mêmes périodes de relèvement des taux directeurs de la Fed, en remontant jusqu'à celle qui a débuté en mars 1988, et compare les performances des différentes régions avec l'indice MSCI ACWI. Pour mettre ces chiffres en perspectives, nous les avons également comparés aux performances historiques de chaque région. On observe assez clairement que les actions américaines sous-performent légèrement l'indice de référence mondial ainsi que leurs propres performances historiques pendant les cycles de hausse des taux. L'Amérique latine et la région EMEA, en revanche, ont assez nettement dépassé les deux indicateurs, tandis que les pays développés d'Asie et d'Europe se sont bien comportés par rapport à leurs performances historiques. En fait, la plupart des pays développés ont tendance à surperformer, comme le montrent les barres, à l'exception de la patrie même de la Fed. Quelle ironie...

    Thèmes:  Actions mondiales, actions asiatiques, actions européennes, actions émergentes

    Hausse des taux et actions mondiales, 2è volet 

    Inflation en Inde

    L'indice des prix de gros en Inde a enregistré un bond spectaculaire de 13 % en mai. Un niveau certes élevé mais pas surprenant étant donné que la plupart des pays asiatiques connaissent la même trajectoire. L'Inde, cependant, est la seule grande économie de la région à voir l'inflation des prix de gros se répercuter sur les prix à la consommation. Les investisseurs doivent-ils s’en inquiéter ? Comme nous n’expliquons dans le dernier numéro de India Insights, c’est parce que « l’alimentation et les boissons » représentent plus de la moitié de l'IPC indien que ce transfert d’inflation se produit. Les producteurs et les grossistes de biens essentiels ont souvent plus de facilité à répercuter les augmentations de leurs coûts sur les clients. De plus, l’augmentation d'un tiers du prix du pétrole brut au cours des 12 mois précédant le mois de mai n'a pas vraiment aidé. Quoi qu’il en soit, il s'agit de facteurs d'offre transitoires qui disparaîtront bien assez tôt. Même si nous nous trompons, l'inflation n'a jamais pesé sur les prix des actifs (cf. graphique ci-dessous). En effet, la corrélation entre l'IPC et l’indice Nifty 50 n'a été que de 0,1 au cours des cinq dernières années.

    Thèmes:  Inde, actions

    Inflation en Inde 

    Pour investisseurs professionnels uniquement

    Cette publication ne constitue pas un conseil en investissement ou une recommandation d’acheter ou de vendre un instrument financier quelconque et ne devrait pas être considérée comme une recherche d'investissement. Le contenu n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche d'investissement et n'est soumise à aucune interdiction préalable à sa diffusion.

    Le capital n'est pas garanti. Il est rappelé aux investisseurs que la valeur d'un investissement peut fluctuer à la hausse comme à la baisse et qu’ils peuvent ne pas récupérer le montant initialement investi. Il est rappelé que les investissements réalisés dans les marchés émergents présentent par leur nature un plus grand risque et sont plus volatils que ceux effectués dans les pays développés. Les performances présentées ont trait aux années passées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est rappelé aux investisseurs qu'ils devraient toujours rechercher les conseils de professionnels avant d'entreprendre toute forme d'investissement.

    Toute reproduction ou utilisation non autorisée des commentaires et analyses de cette publication engagera la responsabilité de l'utilisateur et sera susceptible d'entraîner des poursuites.

    Les commentaires et analyses reflètent l'opinion de HSBC Global Asset Management sur les marchés et leur évolution, en fonction des informations connues à ce jour. Ils sont susceptibles d’être modifiées à tout moment et sans préavis. Ils ne sauraient constituer un engagement de HSBC Global Asset Management. En conséquence, HSBC Global Asset Management ne saurait être tenu responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement prise sur la base de ces commentaires et/ou analyses. Toutes les données sont issues de HSBC Global Asset Management sauf avis contraire. Les informations fournies par des tiers proviennent de sources que nous pensons fiables mais nous ne pouvons en garantir l'exactitude.