Veuillez mettre votre navigateur à niveau

Nous attachons le plus grand sérieux au sujet de votre sécurité. Afin de vous protéger, ainsi que nos systèmes, nous apportons des modifications à tous les sites Web HSBC. De ce fait, certaines des versions les plus anciennes des navigateurs Web ne seront plus prises en charge pour la consultation de ces sites. De manière générale, les versions les plus récentes des navigateurs (comme Internet Explorer, Google Chrome, Safari, etc.) et des systèmes d'exploitation (comme Microsoft Windows, MacOS) disposent des fonctionnalités de sécurité les plus avancées.

Si vous lisez ce message, c’est que nous avons détecté que vous utilisez un navigateur dont la version n'est plus prise en charge en raison de son ancienneté. 

Découvrez comment mettre à jour votre navigateur

Cinq idées en cinq minutes

Cinq idées en cinq minutes : des actions record, High yield, Japon, inflation idéale, emploi
10 septembre 2021

    Des cours de bourse record

    La fête du travail est passée, l'été est terminé et les jeans blancs sont retournés dans le tiroir. Voici donc une modeste consolation pour remonter le moral de nos lecteurs américains, ainsi que de tous ceux qui ont investi dans les actions américaines (et cela devrait être vous tous) : notre équipe Stratégie vient de calculer que la performance sur trois mois du S&P 500 vient de passer 320 jours consécutifs sans être négative. À l'exception de quelques cas au milieu du siècle dernier, il s'agit d'un record depuis la Grande Dépression (cf. graphique du bas ci-après). Mais c’est la courbe rouge que vous devriez épingler au-dessus de votre lit, envoyer par e-mail à vos clients et rappeler chaque fois que les marchés paniquent. Elle témoigne du triomphe durable de l'ingéniosité, de la productivité et de la résilience de l'humain, mesuré par la valeur des entreprises américaines. Deux guerres mondiales, des crises pétrolières, des ruptures technologiques, d’innombrables effondrements financiers, le terrorisme, une pandémie mondiale, aucun de ces événements n’a altéré une trajectoire haussière régulière. Et il en sera de même pour les risques les plus à la mode aujourd’hui. Achetez des actions en repli si vous le pouvez, ou achetez-les à un prix élevé. Au final, ça n'a pas d’importance.

    Thèmes : Actions américaines

    Des cours de bourse record

     

    L’oxymore du high yield

    Encore un de ces moments « de l’autre côté du miroir » : les rendements réels des obligations européennes les plus risquées sont devenus négatifs. Pensez-y une minute. Les investisseurs paient pour prêter de l'argent à des entreprises de mauvaise qualité ! Certes, l'absorption d'un tiers des obligations investment grade par la Banque Centrale Européenne a fait grimper la demande de titres high yield. Mais la faiblesse de la volatilité macroéconomique et des taux sans risque fait baisser les rendements réels dans le monde entier, même 80 % des obligations privées américaines high yield affichent un rendement effectif inférieur à l'inflation. Cette classe d'actifs attire néanmoins les investisseurs qui constatent des rendements réels encore plus bas ailleurs, sur les bunds par exemple. Et si la hausse de l'inflation est transitoire, les rendements réels redeviendront rapidement positifs. Parallèlement, l'inflation est favorable aux émetteurs lourdement endettés (en supposant que la BCE ne relève pas ses taux) et une solide reprise économique réduit le risque de défaut. Certains émetteurs déclassés (« anges déchus ») pourraient même revenir dans la catégorie investment grade. Des rendements réels négatifs ne sont donc pas une proposition aussi fantasque qu'il n'y paraît.

    Thèmes : high yield européen, high yield mondial

    L’oxymore du high yield

     

    Actions japonaises

    Un an après le début de l'aventure de Warren Buffett sur les marchés d’actions japonaises, les cinq sociétés de trading dans lesquelles Berkshire a investi ont vu leur valeur augmenter d'un tiers en moyenne, soit 5 % de plus que l'indice Topix. Le marché est en effet un terrain de chasse qui recèle d’entreprises résilientes et de grande qualité affichant des prix attractifs, le dada de Warren. En fait, comme le montre le graphique ci-dessous, la bourse japonaise abrite le deuxième plus grand nombre d'actions dites « net-net » au monde. Il s'agit d’entreprises fortement sous-évaluées selon un ratio basé sur le bilan financier, utilisé pour la première fois par le mentor de Warren Buffett, le célèbre Benjamin Graham. Pour être honnête, il existe des raisons comptables complexes expliquant pourquoi les actions nippones semblent toujours bon marché par rapport à leurs homologues sur la base de la valeur comptable. Et compte tenu de la faiblesse de leurs performances historiques, il est difficile d’impressionner les investisseurs étrangers. Ces derniers ont vendu pour 100 milliards de dollars d'actions japonaises lors des cinq dernières années. Mais une question mérite réflexion : combien de temps encore la troisième économie du monde pourra-t-elle conserver un marché boursier en berne, 25 % moins cher que celui des États-Unis sur la base des bénéfices futurs, et 75 % moins cher sur une base comptable ?


    Thèmes : actions japonaises

     

    Actions japonaises

     

    Une inflation à la Boucle d'Or

    Notre équipe de gestion diversifiée a réalisé des calculs pour déterminer les performances historiques des portefeuilles dans différents environnements d'inflation. Depuis le début du siècle, les niveaux d'inflation moyens (environ 2 %) constituent le niveau idéal pour les portefeuilles bien diversifiés, qui ont généré des performances réelles plus élevées avec une volatilité moindre. Curieux que nous sommes, comme Boucle d'Or, nous avons étendu notre analyse sur un siècle supplémentaire. Les données se sont limitées au S&P 500 et aux bons du Trésor à dix ans, mais la même histoire se répète : les performances ajustées du risque les plus élevées des actions américaines ont été observées lors de périodes d'inflation moyenne, avec une corrélation quasi nulle avec les bons du Trésor. Aujourd'hui, nos stratégistes prévoient que l'inflation à long terme se situera aux alentours de 2 %, un niveau ni trop chaud ni trop froid. Avec un portefeuille diversifié, même si certaines obligations vont être confrontées à des difficultés à court terme en raison des rendements très bas, ce n’est pas une raison pour craindre l'inflation.

    Thèmes : Gestion diversifiée, actions et obligations mondiales

     

    Une inflation à la Boucle d'Or

     

    Le choc de l’emploi américain

    Vous avez été chamboulés par les chiffres de l'emploi publiés vendredi dernier ? Les économistes aussi. La donnée probablement la plus analysée au monde est ressortie à 235 000, très loin du consensus de 730 000, voire des estimations les plus pessimistes. Les investisseurs aussi ont été déconcertés. Les rendements obligataires à dix ans sont immédiatement passés de 1,29 à 1,26 %, avant de clôturer la journée en hausse à 1,32 %. Les actions mondiales ont également corrigé avant d'atteindre de nouveaux records en fin de séance. Il faut reconnaître que les données sur l’emploi étaient ouvertes à l'interprétation. La moitié de la baisse des créations d’emplois est due à la faiblesse des secteurs de l'hébergement et de l'alimentation, sensibles au variant Delta, alors que le chiffre de juillet a été révisé à la hausse dans le même temps. En fait, le chiffre final moyen de l'emploi cette année étant supérieur à 100 000, la plupart des anticipations doivent être ignorées. Ceci dit, le rapport fait le jeu des partisans de taux durablement bas et les rendements réels restent donc obstinément faibles (voir la rubrique sur le high yield ci-dessus). Comme le soulignent nos stratégistes, cette situation, conjuguée aux interventions des banques centrales, a entraîné une déformation de la courbe de rendement attendu/risque (cf. ci-après).

    Thèmes : actions américaines et mondiales, obligations mondiales

     

    Le choc de l’emploi américain

     

    Pour investisseurs professionnels uniquement

    Cette publication ne constitue pas un conseil en investissement ou une recommandation d’acheter ou de vendre un instrument financier quelconque et ne devrait pas être considérée comme une recherche d'investissement. Le contenu n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche d'investissement et n'est soumise à aucune interdiction préalable à sa diffusion.

    Le capital n'est pas garanti. Il est rappelé aux investisseurs que la valeur d'un investissement peut fluctuer à la hausse comme à la baisse et qu’ils peuvent ne pas récupérer le montant initialement investi. Il est rappelé que les investissements réalisés dans les marchés émergents présentent par leur nature un plus grand risque et sont plus volatils que ceux effectués dans les pays développés. Les performances présentées ont trait aux années passées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est rappelé aux investisseurs qu'ils devraient toujours rechercher les conseils de professionnels avant d'entreprendre toute forme d'investissement.

    Toute reproduction ou utilisation non autorisée des commentaires et analyses de cette publication engagera la responsabilité de l'utilisateur et sera susceptible d'entraîner des poursuites.

    Les commentaires et analyses reflètent l'opinion de HSBC Global Asset Management sur les marchés et leur évolution, en fonction des informations connues à ce jour. Ils sont susceptibles d’être modifiées à tout moment et sans préavis. Ils ne sauraient constituer un engagement de HSBC Global Asset Management. En conséquence, HSBC Global Asset Management ne saurait être tenu responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement prise sur la base de ces commentaires et/ou analyses. Toutes les données sont issues de HSBC Global Asset Management sauf avis contraire. Les informations fournies par des tiers proviennent de sources que nous pensons fiables mais nous ne pouvons en garantir l'exactitude.