Veuillez mettre votre navigateur à niveau

Nous attachons le plus grand sérieux au sujet de votre sécurité. Afin de vous protéger, ainsi que nos systèmes, nous apportons des modifications à tous les sites Web HSBC. De ce fait, certaines des versions les plus anciennes des navigateurs Web ne seront plus prises en charge pour la consultation de ces sites. De manière générale, les versions les plus récentes des navigateurs (comme Internet Explorer, Google Chrome, Safari, etc.) et des systèmes d'exploitation (comme Microsoft Windows, MacOS) disposent des fonctionnalités de sécurité les plus avancées.

Si vous lisez ce message, c’est que nous avons détecté que vous utilisez un navigateur dont la version n'est plus prise en charge en raison de son ancienneté. 

Découvrez comment mettre à jour votre navigateur

Cinq idées en cinq minutes

Cinq idées en cinq minutes : gaz, Chine, cycles des actions, inflation européenne, fusions-acquisitions et actifs alternatifs
08 octobre 2021

    Prix de l'énergie

    Le prix de gros du gaz en Europe a été multiplié par deux depuis la mi-août, celui du pétrole a augmenté de 20 % et les contrats à terme sur le charbon ont progressé de 50 %. Les stations d’essence britanniques sont à sec pour des raisons différentes, mais les centrales électriques indiennes peinent à trouver du charbon, tandis que de nombreuses provinces chinoises connaissent des pénuries d'électricité. Ça ne sent pas bon. Les investisseurs, quant à eux, s'inquiètent des conséquences sur l'inflation et la croissance. Mais selon notre équipe Stratégie, il ne s'agit pas d'une crise énergétique. C’est surtout le gaz qui pose problème. Les prix du brut sont à peine supérieurs à ce qu'ils étaient au mois de juin. Et les difficultés rencontrées en Europe (pour une multitude de raisons, notamment la faiblesse des stocks, l'absence de vent, les températures estivales élevées en Asie, la reprise de la demande, le coût élevé des crédits carbone, la sécheresse en Amérique latine, l'incendie d'une usine GNL en Norvège) ne sont pas ressenties en Amérique, le deuxième producteur de gaz au monde derrière la Russie (cf. graphique ci-après). A noter que les actions traditionnelles du secteur du pétrole et du gaz ont gagné au moins 30 % au cours des douze derniers mois, tandis que les indices mondiaux des énergies propres sont stables après avoir chuté de 50 % depuis janvier. Pour ceux qui n’ont pas embarqué sur les premières barques vertes, le temps est probablement venu de s'intéresser à nouveau aux énergies renouvelables ?

    Thèmes : Fonds dédiés au changement climatique, gestion bas carbone, ESG

    Prix de l'énergie  

    Croissance chinoise

    Mao Zedong a dit un jour « plus les mains sont nombreuses, plus le travail est facile. » Mais avec une population active actuelle de 800 millions de personnes, la Chine n'aura probablement jamais autant de mains à sa disposition. La lente diminution du nombre de soutiens de famille constitue-t-elle un défi pour la trajectoire économique du pays ? Le graphique ci-dessous, qui décompose la croissance économique chinoise en ses trois moteurs fondamentaux (sur la base de notre publication China Insights de ce mois-ci) suggère le contraire. Comme vous pouvez le constater, l'impact de l’expansion de la population active en tant que facteur de croissance est négligeable depuis les années 1990. L’incidence de l'accumulation de capital et des évolutions en matière de productivité, qui représentent respectivement 70 % et 25 % de la croissance ces trois dernières décennies, a été nettement plus marquée. Mais comme le montre la trajectoire des quatre tigres asiatiques, accumuler en continu des capitaux n'est pas essentiel pour assurer une expansion économique perpétuelle. Les économies développées n’ont autre choix que d’augmenter leur productivité pour accroître leur croissance. Point rassurant pour les investisseurs : les autorités ont compris que l'ancien modèle touche à sa fin et cherchent donc à s'orienter vers la « croissance de qualité » alimentée par l'innovation technologique.

    Thèmes : Actions chinoises, obligations chinoises.

    Croissance chinoise  

    Les actions, les obligations et l’emploi

    Puisque ces derniers temps, les actions ont tendance à refléter la situation de l'hémisphère nord, l’affaiblissement récent des données a fait chuter l'indice MSCI de 5 % par rapport à son plus haut du mois dernier. Pourtant, à l'approche de l'hiver, l'histoire tend à montrer que rien ne sert de troquer ses actions pour se couvrir via des obligations. Nos stratégistes ont conçu un graphique mettant en exergue les périodes de surperformance des actions par rapport aux obligations lors des trois dernières décennies. Comme vous pouvez le constater, lorsque le taux de chômage américain est en baisse, comme c'est le cas aujourd'hui, les actions ont toujours surperformé. Selon les perspectives économiques mondiales du Fonds monétaire international, le chômage aux États-Unis va continuer à baisser jusqu'en 2023. Les performances boursières ont clairement outrepassé l'embellie de l'emploi au cours du cycle actuel, déclenchant la crainte de valorisations trop élevées. Néanmoins, les obligations ne sont pas non plus bon marché, et avec des taux d'intérêt qui sortent à peine de leur hibernation, il serait courageux de tabler sur une disparition imminente de cette corrélation historique.

    Thèmes : Gestion diversifiée, actions et obligations mondiales

    Les actions, les obligations et l’emploi  

    Pressions sur les prix en Europe

    Pour rester dans l’ère du temps, le gouvernement allemand s'est exprimé sur Twitter lundi pour tenter d'apaiser les craintes inflationnistes, alors que la hausse des prix à la consommation a atteint son plus haut niveau en trente ans, à 4,1 %, en septembre. Les chiffres de la zone euro ne sont pas beaucoup plus faibles. A l’échelle du continent, l’inflation a atteint 3,4 % en septembre, contre 3% le mois précédent, un record depuis 2008. Même en août, l’augmentation des prix du gaz et de l'électricité ont contribué à une hausse de 50 points de base de l'inflation globale et, comme ces données se répercutent avec un certain décalage sur les prix à la consommation, ils pourraient encore augmenter et rester élevés jusqu'au début de 2022. Pour remettre les choses en perspective, même si les prix de gros du gaz restent à 60 euros par mégawattheure jusqu'en mars prochain - leur niveau de la mi-septembre -, l'inflation européenne culminerait à environ 3,5 % au quatrième trimestre 2021, soit à peu près au niveau actuel. Et les projections de la BCE pour 2023 montrent que l'inflation globale et l'inflation sous-jacente sont en moyenne inférieures à l'objectif de 1,5 %. L’inflation conserve son caractère transitoire, du moins pour l'instant.

    Thèmes : Actions et obligations européennes

    Pressions sur les prix en Europe  

    Gestion diversifiée et actifs alternatifs

    Dans une blague des années 1970, un professeur de mathématiques demande à un jeune étudiant futé : « Jonny, 5 %, ça veut dire quoi ?” Ce à quoi il répond : « C’est vrai, ça veut dire quoi 5 % ? » Aujourd'hui, avec des taux d'intérêt largement inférieurs à ceux de cette époque prospère, trouver une réponse à cette question dépasse les principes de l’algèbre. En effet, le modèle de performance attendue de nos stratégistes ne donne que 3,6 % avant inflation pour une allocation traditionnelle 60/40. C'est une performance nettement inférieure aux niveaux historiques et à celle qu’anticipent la plupart des investisseurs d’un portefeuille diversifié. L’une des options consiste à intégrer des actifs alternatifs (y compris des actifs illiquides). Pour calibrer le modèle, prenons l’hypothèse d’un objectif de performance de 5 %. Au final, la moitié du portefeuille est constituée d'actifs alternatifs (cf. graphique ci-après), dont un tiers est investi sur les marchés privés. Une telle allocation ne conviendrait pas à tout le monde. Cela démontre néanmoins que s’affranchir des classes d'actifs traditionnelles permet d’enregistrer des performances intéressantes.

    Thèmes : Private equity, capital-risque, hedge funds, dette privée, immobilier

    Gestion diversifiée et actifs alternatifs  

    Pour investisseurs professionnels uniquement

    Cette publication ne constitue pas un conseil en investissement ou une recommandation d’acheter ou de vendre un instrument financier quelconque et ne devrait pas être considérée comme une recherche d'investissement. Le contenu n'a pas été préparé conformément aux exigences légales visant à promouvoir l'indépendance de la recherche d'investissement et n'est soumise à aucune interdiction préalable à sa diffusion.

    Le capital n'est pas garanti. Il est rappelé aux investisseurs que la valeur d'un investissement peut fluctuer à la hausse comme à la baisse et qu’ils peuvent ne pas récupérer le montant initialement investi. Il est rappelé que les investissements réalisés dans les marchés émergents présentent par leur nature un plus grand risque et sont plus volatils que ceux effectués dans les pays développés. Les performances présentées ont trait aux années passées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Il est rappelé aux investisseurs qu'ils devraient toujours rechercher les conseils de professionnels avant d'entreprendre toute forme d'investissement.

    Toute reproduction ou utilisation non autorisée des commentaires et analyses de cette publication engagera la responsabilité de l'utilisateur et sera susceptible d'entraîner des poursuites.

    Les commentaires et analyses reflètent l'opinion de HSBC Global Asset Management sur les marchés et leur évolution, en fonction des informations connues à ce jour. Ils sont susceptibles d’être modifiées à tout moment et sans préavis. Ils ne sauraient constituer un engagement de HSBC Global Asset Management. En conséquence, HSBC Global Asset Management ne saurait être tenu responsable d'une décision d'investissement ou de désinvestissement prise sur la base de ces commentaires et/ou analyses. Toutes les données sont issues de HSBC Global Asset Management sauf avis contraire. Les informations fournies par des tiers proviennent de sources que nous pensons fiables mais nous ne pouvons en garantir l'exactitude.